La Déclaration de Gemma Malley

Auteur: Gemma Malley
Editions Naïve(coll naïveland)
366 pages
Traduction: Nathalie Peronny
Publié en 2007

L’histoire:

Une fillette de 12 ans, Anna, est élevée dans un institut où l’on apprend aux « surplus » à être utile à la société. En effet, un remède de longévité a été trouvé, et cela fait longtemps que plus personne ne meurt et que les enfants sont interdits. Mais un jour arrive Peter, un garçon différent, qui va chambouler l’univers d’Anna.

Ce que j’en pense:

L’idée de base est séduisante et très originale : Un monde d’où les enfants sont bannis, illégaux, et où les habitants sont toujours les mêmes, depuis des décennies. Cela apporte matière à réfléchir sur des thèmes comme le vieillissement de la population, la mort, le contrôle des naissances, le choix de fonder une famille et les relations parents-enfant… Mais on ne voit pas bien ce monde, mis à part quelques passages narrés du point de vue de Mrs Sharpe, et la fin du roman. La réflexion est toute latente, avec beaucoup de sous-entendus (comme le trafic d’enfants) et ne pousse pas trop le lecteur dans ses derniers retranchements.

Toute l’histoire tient finalement sur l’endoctrinement et la maltraitance des enfants par le regard d’Anna, qui s’éveille au sens critique et à la liberté au fur et à mesure de sa rencontre avec Peter. Peter est également un personnage central du roman, mais on a du mal à s’y attacher autant qu’Anna. Il est le personnage central dans « La Résistance », la suite de « La Déclaration », je suppose que la vapeur doit être inversée.

En ce sens, le roman est bien écrit, on rentre dans la peau d’Anna et on la suit avec épouvante dans ses pérégrinations à GrangeHall, ce qui est l’essentiel du récit. Les personnages de GrangeHall sont bien construits et on s’y laisse prendre. Mais dès que l’auteur veut élargir son champ et décrire le monde extérieur, je n’y ai plus cru. Et même, j’ai trouvé la fin un peu baclée. Tout va très vite, avec l’entrée de nombreux nouveaux personnages  mal approfondis, et la découverte du monde extérieur par Anna est décevante, tout comme l’intrigue sur le personnage de Peter. En sachant maintenant qu’il y a une suite à ce roman, « La Résistance », je me rends compte que la fin du récit que je trouvais très « A table – Je finis ça et j’arrive » n’est en réalité pas nécessaire à l’histoire. Elle pose le contexte pour le deuxième roman. Je ne suis pas pour autant moins critique, parce que jeter vite fait des éléments d’intrigues pour un roman futur, ce n’est pas très pro. Introduire une attente, voire une addiction pour qu’on aie envie immédiatement de lire le tome suivant, d’accord. Mais ici ce n’est pas le cas.

Malgré tout, j’ai bien aimé ce livre et je le recommande: encore une fois, l’idée de base est originale et l’univers bien développé. Le personnage d’Anna est très attachant et assez réaliste, surtout à GrangeHall. Une jolie histoire.

La page de l’éditeur

Publicités
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s