Tainted Love and covers, 45 ans de styles musicaux

Puisque je vous ai promis de vous abreuver de sous-culture et de vous parler de mes recherches passionnantes dans l’interweb, voilà ! Je me suis prise de passion pour les coversongs, les reprises de chansons.

Et aujourd’hui, talaaaa : Tainted Love, une chanson qui nous parle donc d’un amour corrompu, souillé, tout pourri quoi. Ce thème de l’amour destructeur et impur est pas tellement récent, faut l’avouer.  Et il a de bien belles années devant lui encore. Est-ce pour autant que cela mérite qu’une chanson soit reprise plus d’une quarantaine de fois en 45 ans ?

Explication de texte : Une chanson vampiresque

Voici ma théorie sur le succès de cette chanson : elle donne une image de l’amour si romantique (dans le sens littéral du terme) qu’elle colle parfaitement aux tragédies à la petite semaine qu’on nous sort sans arrêt dans les séries TV. Elle est dans l’air du temps, dans la conception que la société nous donne de « l’amour coup de foudre ». Comme je suis sympa, je vais vous faire un petit commentaire de texte… Talaaa voici les paroles de Tainted Love !

Sometimes I feel I’ve got to
Run away I’ve got to
Get away
From the pain that you drive into the heart of me
The love we share
Seems to go nowhere
And I’ve lost my light
For I toss and turn I can’t sleep at night
 

Au premier abord, on se dit : ce mec est avec une vieille bitch qui lui en fait voir de toutes les couleurs. Oui, ben, quand on veut s’enfuir, quand l’amour ne va plus nulle part, tout ça, c’est quand même qu’on se sent pas trop respecté hein. C’est qu’on est sacrément mal aimé. Alors, forcément, ça le remet en question, notre petit gars.

Sauf qu’il est super hésitant quand même… « quelquefois, je sens que je dois m’en aller… » Tiens, mais je ne sens pas tellement l’urgence, moi ! Le gars n’est pas bien sûr de lui. Mais c’est pire que cela : il est perdu, d’ailleurs il le dit. Regardez comme les phrases sont coupées au milieu, comme s’il n’arrivait même pas à savoir ce qu’il doit faire et qu’il lui faille réfléchir pour trouver un verbe !

(chorus)
Once I ran to you (I ran)
Now I’ll run from you
This tainted love you’ve given
I give you all a girl/boy could give you
Take my tears and that’s not nearly all
Oh…tainted love
Tainted love
 
Now I know I’ve got to
Run away I’ve got to
Get away
You don’t really want it any more from me
To make things right
You need someone to hold you tight
And you’ll think love is to pray
But I’m sorry I don’t pray that way
 

Alors là, ça sent la vieille discussion de couple genre « tu me comprends pas, gnagna » « je t’ai tout donné et voilà comment tu me traites moi qui suis si parfait avec toi ». Finalement, le gars ne se remet pas du tout en question, hein. Il se contente de pointer les défauts de l’autre, il est à bout, il a trop souffert… Mais du coup il prend de l’assurance, ça le rend fort d’accuser l’autre de tout ses maux. Maintenant il SAIT qu’il doit s’enfuir.

 
(chorus…)
Don’t touch me please
I cannot stand the way you tease
I love you though you hurt me so
Now I’m going to pack my things and go
Tainted love, tainted love (x2)
Touch me baby, tainted love (x2)
Tainted love (x3)
 

Bon, mais ya quand même un truc pas clair… Il n’arrête pas de dire qu’il VA partir, qu’il FAUT qu’il parte, mais jamais il ne dit : « Je pars ». En fait il flippe. Il n’arrive plus à dormir, il tourne et se retourne la nuit… Il n’arrive pas à prendre sa décision parce que cette fille il l’a grave dans la peau à tel point que quand elle le touche il flippe encore de ne plus pouvoir partir. Il ne peut plus supporter la façon dont elle l’allume, il dit. Vraiment? Ou bien a-t-il juste peur de ne pas pouvoir résister ?

ET REGARDEZ LA FIN : « Touche moi bébé  » Non mais qu’est-ce qu’il veut en fait, il veut partir ou pas ? Il est complètement accro le mec, il est drogué ! Il nous a fait une petite crise de sevrage, et il a replongé dès la fin de la chanson ! Il est malheureux avec sa meuf mais il se laisse vampiriser parce qu’il aime ça et que c’est irrésistible…

Maintenant, vous avez le secret du succès récurrent de cette chanson : elle illustre parfaitement ce rapport domination – soumission que l’on retrouve dans Twilight par exemple, avec Edward qui harcèle grave Bella et qui lui fait croire que c’est de l’amour. C’est une chanson qui présente l’amour comme quelque chose contre lequel on ne peut rien, duquel on ne peut pas s’enfuir. C’est horrible, non ? Tiens, ça ferait un bon sujet.

Part 1: l’originale : 1965, Gloria Jones

L’auteur de cette chanson, c’est Ed Cobb. On passe vite, hein, il a eu des groupes de rock, il écrit des chansons pas mal, et puis par la suite il passera plus du côté production et s’occupera de petits gars comme les Pink Floyd par exemple.  Ed Cobb marche bien, quoi. La chanson qu’il écrit en 1965 pour Brenda Holloway, Every little bit hurt, rentre dans les charts. Mais toutes les reprises de cette chanson ont eu moins de succès que l’original – voir la dernière en date d’Alicia Keys qui a fait un relatif flop. Ce qui n’est pas le cas de notre chanson d’aujourd’hui !

Gloria Jones, la fille qui chante, vient de Californie. Elle est dans un groupe de gospel quand elle est remarquée par Ed Cobb. Ensuite, hopla tralala elle se fait un nom dans le style « northern soul« , en gros une musique censée plaire aux blacks et aux blancs dans les 60′. Elle chantera ensuite dans « The Supremes » un groupe de soul assez connu, et aura sa petite notoriété.

Lorsque notre chanson sort dans les charts en 1965, c’est pas la grande éclate. Pourtant, dans les années 70, la northern soul est remise au goût du jour dans certaines boîtes de nuit branchée de la côte californienne, et Tainted Love remixée voit de nouveaux fans arriver. Forte de ce succès, ni une ni deux, Gloria réenregistre sa chanson en 1976. Ecoutez-moi ça comme on se rapproche des années 80 dans l’accompagnement ! La chanson commence déjà à changer et pourtant… toujours pas le grand succès. Tainted Love qui n’a pas su émerger tombe dans l’oubli jusqu’à ce que…

Part 2 : le chamboulement, Soft Cell

En 1980, des anglais bien cheul tentent le tout pour le tout en reprenant cette chanson inconnue au bataillon pour se faire une célébrité. Il faut dire que leurs performances artistiques ne sont pas vraiment mainstream à l’époque : ils font des concerts à poil, déclament des poèmes avec projections de diapos dans leurs apparitions… Bref, ils sont complètement New Wave: post punk, boîtes à rythmes et synthés à fond les ballons. Ils essuient un échec avec leur premier album en 1980, et  leur single Memorabilia, s’il cartonne carrément, ne leur rapporte pas du tout la gloire : il tourne uniquement en boîte de nuit remixé de partout. C’est clair que le titre est novateur pour l’époque, j’en suis restée comme deux ronds de flan, c’est du bon son ! On est hyper loin de la Northern Soul et plus près de la House !

Bref, en 1981, en espérant obtenir la célébrité, les gars reprennent Tainted Love en changeant complètement les arrangements, le rythme, la tonalité… Tout. ET C’EST LE SUCCEEEEEES ! Toi-même, tu sais, tu as sûrement hoché la tête en écoutant cette chanson sur ton walkman.

En prime ce magnifique clip estampillé pure 80ies
 

Part 3 : le grand n’importe quoi, tous les autres

Après, après, il y en a eu un paquet. Je ne vous mets que celles qui selon moi valent un peu le coup… Ce qui est intéressant, c’est la variété de styles et d’interprétations. Ce qui est fou également, ce sont les covers de covers de covers… Finalement on ne sait plus bien qui a influencé qui, à la fin.

En 1985, Coil s’y essaye dans une version super dark, trèèès très lente, avec des CLOCHES. Je vous jure je rigole pas. De temps en temps ya des accords qui font penser à une bande son de film d’horreur de la même époque. Sans compter le clip, que je n’ai pas pu regarder jusqu’au bout, où on ne voit que des gens malades dans un hôpital…

En 1992, vous savez, à l’époque de Pow Wow? Ben c’était tendance partout apparemment, The Flying Pickets nous ont fait un petit Tainted Love A Capella.

La même année, Inspiral Carpets nous fait une cover rock avec des guitares saturées, un peu grunge, mais avec des accords de synthé qui rappellent les Doors. La voix prend bien sa liberté sur les arrangements et hop! on est encore une fois complètement dépaysé.

En 1997, première version metal avec Atrocity! Yeah!

En 1998, en version rock un peu garage, on a The Living End . Franchement sans prétention, mais ça swingue un peu, et ça change encore.

En 2001, Marylin Manson réécrit lui aussi la chanson à sa sauce (rock goth) pour la bande originale du film « Not an another teen movie », une parodie des American Teen Movies. L’ambiance change encore une fois complètement, le rythme est beaucoup plus lent, le chant langoureux… Tainted Love avait un peu passé de mode, TAC! la voilà de nouveau propulsée dans les charts – il faut dire que cette reprise-là était dès le début une opération super commerciale. Je vous mets la vidéo parce que c’est la version la plus connue après celle des Soft Cell, mais franchement c’est pas ma préférée.

En 2001 toujours, le célèbre Max Raabe (connu surtout dans son bled d’Allemagne hein) nous fait Tainded Love version André Rieu, pour les maisons de retraites. Hop, un costard, une voix de crooner, un peu de trombone, des chœurs, et c’est la croisière s’amuse!

En 2005, ce sont the Pussycats Dolls qui reprennent à leur tour la chanson. Comme à leur habitude, elles enchaînent des langueurs de voix, des chœurs agressifs, bref, la chanson pop par excellence. Je vous laisse avec cette vidéo où Marc Almond, le gars de Soft Cell (remember, Part 2) fait l’intro, parce que cette intro est un petit bijou.

En 2006, Milk Ink nous la fait à la sauce « vampire et boites de nuit », bien techno pourrie avec des voix langoureuses, je vous conseille trop pas.

En 2006, Alejandra Guzman traduit carrément la chanson en espagnol, ça donne ! Chez nous on le fait plus depuis Claude François, et je suis bien contente, tiens.

En 2007 OUF l’honneur est sauf j’ai trouvé un français qui fait une cover de Tainted Love, je vous met la vid ! C’est… Julien Doré de la Nouvelle Star ! Je kiffe ce mec, il a le don de rendre absolument tout ce qu’il chante super subversif.

En 2008, The Lost Fingers nous font une petite reprise acoustique avec des choeurs limite Beach Boys et une petite guitare bien manouche, ça tape. Franchement bien, elle vaut le coup.

2009, une de mes préférées: My Brightest Diamond tu sais pas bien le genre musical, je kiffe. Celle là emprunte à toutes les covers précédentes on dirait. Une voix un peu soul, de l’électro, du rock un peu crade…

En 2010, c’est Imelda May  qui s’y met (ok, jeu de mots pourri…) avec un accompagnement qui swingue et surtout une voix magnifique Là, clairement on est plus dans le cover de Gloria Jones que de Soft Cell.

Après j’en ai plus trouvé !

Conclusion : Tainted Love, finalement c’est quel genre de chanson ?

Voilà, j’ai fini mon petit exercice de cover sur Tainted Love et je me suis bien amusée. Je crois qu’il aurait été possible de creuser un peu et de trouver des groupes tchèques ou coréens, mais bon, faut pas pousser mémé dans les orties non plus.  C’est super agréable de se balader d’une époque à une autre avec la même chanson, on parcourt un peu l’histoire, on imagine les contextes. Et puis ça fait presque comme un imagier de styles. Tainted Love prend  à chaque fois une nouvelle couleur musicale qui lui va comme un gant, c’est assez incroyable.

Ce qui est fou, c’est que cette chanson bien glauque sur un gars qui n’arrive pas à se dépêtrer de l’amour vampiresque de sa meuf a donné lieu à des interprétations très sincères ou très décalées, ironiques. Il faut dire que la musique originale joue sur ce décalage avec un rythme envolé, des ruptures de phrases qui accrochent l’oreille, une mélodie enjouée. Certains artistes ont complètement inversé la vampirisation, ce qui m’a parfois fait croire qu’ils n’avaient à peu près rien compris à la chanson… Certaines reprises sont juste des exercices de style (surtout celles de Soft Cell), et ça se sent également.  En tout cas, Tainted Love est tout sauf une simple chanson. Elle dit tout et son contraire, et le message qu’elle livre à ceux qui veulent bien écouter est bien plus complexe que celui d’un mec qui quitte sa meuf…

Info live de dernière minute : J’ai fini cette note hier, et pour fêter ça je suis allée à Wazemmes l’accordéon… hé ben figurez-vous que le Bortsh Orchestra a fait une reprise AVEC ACCORDEON ET EN POLONAIS de Tainted Love ! Je suis vraiment désolée de ne pas avoir pu vous livrer celle-là, j’ai versé une petite larme de bonheur en l’écoutant…

Publicités
Cet article, publié dans sous culture !, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s