Canisse d’Olivier Bleys

Un petit SF! Oué!

Canisse

Auteur: Olivier Bleys
Editions Gallimard Collection Folio SF
Paru en 2010, 205 pages
 

L’histoire

Xhan est garde-pêche. Il a combattu toute sa vie les braconniers qui pêchent illégalement sur les planètes de l’Espace Domestique. Lorsque arrive sa retraite, il est désemparé car son travail était toute sa vie. Il apprend en plus qu’il souffre d’un cancer. Un jour, il entend parler d’une espèce de poisson géant. Xhan décide alors de partir à sa découverte.

Ce que j’en pense

Le début de l’histoire est glauque, hein ? Hé ben vous n’êtes pas au bout de vos peines. Finalement tout est glauque dans ce bouquin, ya pas un seul rayon d’espoir. Je veux dire, moi je suis pas contre les histoires tristes mais c’est bien qu’il y ait des rebondissements, qu’on y croie, tout ça…  Dans Canisse, nichts. Aucun personnage n’est d’ailleurs assez attachant pour qu’on ait envie qu’il ait une belle vie et qu’il se sorte de toute la glauquitude dans lequel l’auteur l’a mis. Olivier Bleys, je le connais pas, mais j’espère que l’écriture est juste un moyen pour lui d’exorciser ses névroses…

Bon, je suis dure. Oui, c’est peut-être parce qu’aujourd’hui dans l’atelier il fait 37 degrés et que ça me rend un chouilla pas objective. Le héros, Xhan, est un bon vieux gars qui fait pitié, et on l’aime bien. Dès le début on apprend qu’il s’est fait mettre à la retraite, qu’il a pas de famille et qu’il a un cancer : ça vous donne l’ambiance.  Il est pas toujours vraiment fute fute, mais il a ses petits éclairs de génie… bon, et puis, surtout, il est complètement paumé hein. Et comme on le suit, nous aussi on est complètement paumé. Suivre Xhan c’est un peu comme faire la conversation à un vieillard sénile. Un coup c’est très clair, un coup on ne voit pas bien où il veut en venir, un coup encore il ne sait plus trop où lui en est.

Je pense, à la réflexion, que cela vient en grande partie de la narration. Le style est direct et percutant au début, et par la suite Olivier Bleys s’embourbe dans des longueurs, des incohérences. La construction est elle aussi étonnante, une scène d’action nous fait sortir de notre torpeur, et puis nous y replongeons assez vite et hop, la fin arrive comme un cheveu sur la soupe. Il y a bien un genre de crescendo dans tout ça, mais je n’ai pas été franchement à fond. Et pourtant je suis bon public.

Alors, sans vous spoiler, hein, dans le scénar  il y a quand même des trucs super convenus : D’abord il y a la grande machination contre l’individu qui devrait l’inciter à la paranoïa mais qu’il a du mal à capter et là on a envie de lui dire « Attention ! derrière toi !  » à tous les chapitres. Ensuite il y a la planète à ressources qu’on exploite au détriment des indigènes qu’on traite comme des merdes. Tiens, Avatar !

L’univers que développe l’auteur est intéressant malgré toutes les choses pas sympa que j’ai dites plus haut : bon, des planètes colonisées, une administration interstellaire, tout ça, mais surtout, tout cela se passe non pas dans une grande épopée mais dans la vie quotidienne. Il n’y a pas de bouleversement majeur dans le système et aucune action du héros ne va changer le monde : c’est un parti pris intéressant je trouve.

Et puis, et c’est très déroutant, ce bouquin traite de la moralité en toile de fond, mais les protagonistes sont tellement accaparés par leurs petites vies, par leurs dilemmes, qu’il ne prennent pas de distance et s’embourbent dans des choix douteux. J’aime bien que pour une fois, on ne montre pas des héros si clairvoyants qu’ils ont tout compris en un clin d’œil… Ici ce sont vraiment des antihéros, ça c’est sûr !

Ma conclusion : un livre sans prétention,  mais que je conseille quand même. A lire quand on est de bonne humeur !

Des liens

mondes imaginaires
Chez Craklou
Le cafard cosmique
Noosphere
Publicités
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s