Travailler un jour ensoleillé ou l’insaisissable bien-être

Cela fait déjà plus de trois mois qu’il fait beau. Oui, ici, dans le Nord. Le ciel a tout juste daigné nous cracher dessus une fois ou deux, tel une rock star dédaigneuse de son public en délire. Les agriculteurs s’arrachent les cheveux, et les hommes ne savent plus s’il faut se réjouir ou maudire le temps tant ils deviennent distraits.

Cela fait également plus de trois mois que je m’enferme pour travailler et que j’aperçois le soleil, là-bas, loin. J’aime le soleil. Tout mon être tend vers lui, j’ai envie de chaleur sur ma peau et d’éblouissements blancs. J’ai envie d’être dehors et de profiter de la ville, de la vie : ne trouvez-vous pas qu’on se sent bien plus vivant lorsqu’il fait beau ?

Devant mon ordinateur, je suis à l’ombre. J’ai même un peu froid, alors j’ai mis un pull. Je suis concentrée sur mon boulot, et dans ma chaîne hi-fi tourne un vieux folk de Portland qui évoque les longues journées pluvieuses. Je le vois, ce petit carré lumineux à l’autre bout de mon appart ! Si inaccessible ! Alors je fais comme dans la fable de La Fontaine, celle du Renard et du Raisin ; je dis: oui, mais il y a du vent, il ne fait pas si chaud.

Et puis j’aime bien cette pièce sombre et accueillante, chaleureuse, là où dehors la lumière coupe tout ce qu’elle trouve comme un lanceur de couteaux fou. Ici, je suis protégée, ici, tout n’est que langueur et nonchalance. Le temps s’est arrêté, ici, tandis que dehors la vie fait rage. Je me sens comme à l’ombre d’une palapa sur la plage de Chacahua.  Je sirote mon café, et les bruits du dehors sont comme assourdis par l’air qui s’élève. Toutes les fenêtres sont ouvertes, et l’on entend des bribes de chansons, des bruits de casseroles, l’on voit du linge aux balcons, l’on sent les déjeuners des voisins.  Je me dis que c’est dommage de laisser tout ce soleil se perdre, et j’ai envie de tendre une épaule pour en recueillir un peu.

Dehors, les gens paraissent assommés et heureux, un peu drogués. Les enfants bougent beaucoup, mais leurs parents trainent dans les rues piétonnes, comme désorientés, comme si ce soleil de plomb avait transformé la ville et mélangé le tracé des rues.

Tout à l’heure j’ai un rendez-vous, je sortirai. La chaleur me submergera et je me demanderai ce qu’il m’a pris de m’habiller ainsi. Je me sentirai comme une extra-terrestre au milieu de tous ces gens déambulant paresseusement en traînant la tong, de ces belles filles aux robes colorées et décolletées. J’enlèverai mon pull honteusement et je plisserai les yeux parce que je n’aurai pas pensé aux lunettes de soleil. Très vite, mon jean collera, surtout en dessous des genoux, qu’est-ce que c’est désagréable. Mais par envie, parce que j’en ai été privée toute la journée, je m’obstinerai à rester sur le trottoir ensoleillé.

Je me dirai : mais ce n’est vraiment pas un temps à rester enfermée, qu’est-ce qui m’a pris, de coller mes fesses devant mon écran comme ça toute la journée ? Alors je ronchonnerai contre ces aléas de l’existence qui nous obligent à travailler alors qu’on a quand même mieux à faire dans la vie, et ce soir je sortirai boire des bières parce que je n’ai pas pu profiter du soleil.

Mais, au fond de moi, je garderai bien au chaud ce souvenir de la fenêtre ouverte vers le soleil radieux, la fenêtre inaccessible. A ce moment-là, j’étais bien.

Publicités
Cet article, publié dans ça arrive., le pourquoi du comment, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Travailler un jour ensoleillé ou l’insaisissable bien-être

  1. Delord dit :

    J ‘ aime bien le site et les histoires qu’ il y a dessus car je n’ ait que 9ans et je comprend tous les mots qu’ il y a dans les textes !!! Merci ☺☺☺
    Bisous ❤❤❤

  2. Alixia dit :

    C’ est 👍👍👍!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s