Une Blanche-Neige moderne

Elle s’appelle Amandine, elle a 17 ans, elle existe pour de vrai.

Je l’ai rencontrée pour la première fois l’année dernière dans la rue. Elle y traîne pas mal, vu qu’elle est en foyer que « là-bas, faut pas rester la journée, ils te mettent dehors ». Amandine a les cheveux très courts, presque rasés à blanc, mais ça n’a pas réussi à lui donner l’air dur. Ses joues rondes et son air malicieux donnent envie de l’embrasser comme une enfant qu’elle est.

Chaque semaine nous nous croisions, tantôt à la gare, tantôt à l’accueil de jour ou bien encore dans une station de métro… En décembre elle a attrapé la grippe, mais s’en est vite remise; en février elle a fêté son anniversaire; rien de particulier, pas même une bougie. L’un dans l’autre, on a fini par deviner l’histoire qu’elle ne nous disait pas…

Amandine a été chassée de chez elle à 16 ans « l’âge où ils ont droit, il parait ! » par sa belle-mère. Ou peut-être bien plus tôt, nous n’arrivons pas à démêler tout cela : Amandine aime raconter des histoires, mais jamais les mêmes. De sa mère, nous n’avons jamais entendu parler. De son père, on sait qu’il l’aimait un peu trop. Alors la belle-mère a vu cette trop jolie fille comme un danger pour son couple, et l’a mis dehors.

Quand on y réfléchit, les débuts de contes collent bien avec les histoires difficiles d’aujourd’hui… Regardez Hansel et Gretel qui ne sont rien d’autre que des enfants placés, et Cendrillon qui se débrouille comme elle peut avec sa famille recomposée… Pourquoi raconter des salades aux enfants d’aujourd’hui et prétendre que tout est toujours beau ?

Des nains, notre Blanche-Neige en a aujourd’hui plus que 7 avec tous les amis sans-abris qu’elle se traîne… Mais les sans-abris ont-il jamais des amis ? Quand nous leur demandons, ils rient et montrent leur chien. Et finallement, le séjour de Blanche-Neige chez les nains, ce n’est qu’en attendant, ce n’est que le temps qu’elle se prenne en main.

C’est en tous cas ce que disent les éducateurs d’Amandine. Ils disent que son prince viendra, qu’elle trouvera sa voie, que cette belle jeune fille deviendra une femme sûre d’elle.

En attendant son prince charmant, Amandine s’est trouvé un protecteur qui s’appelle Saïd. Saïd a 45 ans environ, et il est très gentil. Il sourit souvent, et laisse alors apparaître les deux dents qui lui reste. Saïd respecte les femmes (ça veut dire qu’il ne les frappe pas), il ne boit pas, et cela en fait un « petit ami » de choix pour Amandine. Lorsque souvent nous les voyons tous les deux émerger du trou béant du métro par l’escalator, elle nous fait des grands signes en criant et court vers nous, tandis que Saïd, indulgent, sourit en la regardant faire.

Une fois Amandine avait un plâtre au bras. « Je me suis battue et les flics sont venus! » annonce-t-elle avec un grand sourire, très fière. Saïd hoche la tête, désapprobateur : « Parfois elle se met en colère pour rien la petite… » Nous comprenons peu après qu’elle commence à prendre des drogues, notre Blanche-Neige.Et nous voyons qu’elle se zombifie, qu’elle perd son allant, qu’elle porte les stigmates des tox. Est-ce que c’est ça, la pomme? Le poison, le coma, tout ça?

Dans ce cas magne-toi, prince charmant, tu commences à être en retard…

 

Publicités
Cet article, publié dans ça arrive., des gens., est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Une Blanche-Neige moderne

  1. Delord dit :

    J’ espère que ton prince arrivera très vite Amandine ! Très belle histoire pour une fois que les SDF ne sont pas stéréotypés !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s