Bientôt le printemps ou les éternels recommencements

L’autre jour je regardais LUCY, le film de Luc Besson. Je ne vais pas en faire la critique, ce film est NUL. Et pourtant je suis bon public sur la SF. Mais quand même il y avait cette phrase : « le but ultime de tout être vivant, c’est de transmettre. » C’est dingue que dans un film aussi pourri il puisse y avoir une perle comme ça. Et en même temps j’aime bien citer des navets, ça calme tout le monde en soirée, faut reconnaître. Les gens intellectuellement comme il faut ne regardent pas de navets il parait.

Bref, je me faisais la réflexion que si on prend cette idée en faux, cela veut dire que qui n’a rien à transmettre 1/ ne sert à rien et 2/ a une vie vide de sens. Ca fait mal, non? Si on continue sur cette idée, cela veut dire aussi que la vie sans l’autre et sans relation à l’autre n’a aucun sens; ce n’est pas parce que je fais des projets de fou, des voyages, que je développe un algorythme génial au fin fond d’une cabane dans la montagne que je remplis l’objectif de ma vie. L’objectif de ma vie biologique.

L’objectif de ma vie : accumuler de la connaissance et la transmettre donc. C’est pas très sexy. Est-ce que vous auriez signé pour ça? C’est comme si la recherche de productivité avait gagné aussi les questions spirituelles. La recherche de connaissances en particulier illustre bien l’époque actuelle, où l’on avance vers le progrès à un rythme effréné. Et si vivre suffisait comme but à la vie? Ou plutôt et si les connaissances que nous avions à accumuler et à transmettre ne concernaient que notre humanité crasse et ce qu’elle a de plus beau, des choses complètement inutiles? Faut-il être efficace pour réussir sa vie?

Dans ce film, il y a aussi une autre idée philosophique : une cellule en milieu hostile a tendance à devenir indestructible, alors qu’en milieu favorable elle se reproduit. Et là… Luc Besson marque un point. Parce que ce que je vois autour de moi, c’est que les gens justifient souvent la réussite de leur vie par leurs enfants. « Ok, on a des enfants, on les élève et on a rempli notre rôle correctement sur cette terre ». Peut-être ils ont raison. Peu importe, ce qui est intéressant pour moi c’est ce qui se passe en milieu hostile.

Qu’est-ce qu’un milieu hostile? On peut imaginer un pays en guerre, une dictature, des conditions de vie hostiles… Mais chez l’homme, aucun de ces contextes n’empêche la fertilité. Mis à part l’infertilité biologique, la plupart du temps ce qui empêche l’homme d’être fertile… c’est l’homme. Les politiques de natalité, les conditionnements sociaux, les impossibilités démographiques post-conflit ou liées à des comportements sociaux (naissances favorisées des garçons). Certes, il existe également une pression sociale pour procréer.

Maintenant si on considère la fertilité du point de vue de la connaissance transmise, cela devient plus compliqué. Cette fertilité là est la seule qui reste aux « infertiles biologiques », individus ou sociétés. En Chine et en Inde, là où la démographie oblige beaucoup d’hommes au célibat, le niveau scientifique des recherches menées est très haut. Mais cette production – transmission de connaissance n’est pour la plupart des gens que secondaire pour réussir sa vie. Les hommes et femmes qui ont tout sacrifié pour la science, la découverte de nouveaux champs de savoir, pour une amélioration de l’humanité, on les admire mais on ne voudrait pas être comme eux; ni d’ailleurs que nos enfants soient comme eux. Souvent on se justifie en disant « je n’en serai pas capable ». Mais est-ce vrai?

Et s’agit-il d’un choix? Procréer ou savoir? N’est-on pas censé faire les deux quand on le peux? L’éducation des enfants doit-elle signifier le deuil de toutes les autres vocations? Et vice-versa : ne pas avoir d’enfants est-il une dispense pour transmettre?

Parfois l’esprit achoppe sur une petite phrase anodine cachée dans un navet…

Publicités
Cet article a été publié dans le pourquoi du comment, sous culture !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s